Une rencontre gonflée à bloc

Cognac, 9 octobre 2018

Enchanté Camille ! Nous souhaitons bien la présence à notre mariage de celles et ceux qui trouvent ces étiquettes comme vous dîtes. Il s’agit d’une vraie invitation. Ce ballon a parcouru 200 kilomètres à vol d’oiseau, c’est fou !
À ce jour, nous avons un seul retour : le vôtre ! Vous viendrez, n’est-ce pas ?
Vous avez à peine renseigné la carte « invité », peut-être un oubli ou de la méfiance. Je ne veux pas être maladroit (c’est ma spécialité) mais j’ai du mal à cerner votre âge. Etes-vous toujours en activité ?
Je suis également embêté car vous n’avez laissé aucun indice sur le genre de votre prénom…homme ou femme ?
D’ailleurs, ma future épouse est Carole. C’est en effet étrange que son prénom soit effacé. Elle n’a pas dû aimer le voyage dans les airs !
Je vous joins ma carte sur laquelle figure mon numéro de téléphone.
J’attends votre retour avec impatience.
Bien à vous,
Paul

PS. Votre adresse est incomplète. Décidément, vous jouez l’invité mystère ! Je croise les doigts. Je peux envoyer un autre ballon mais pas sûr que le destin marche deux fois !

Cognac, 12 Novembre 2018

Chère Camille,

Je ressens de l’émotion dans vos souvenirs d’enseignante à la Rochelle. C’est dommage que vous ne puissiez plus y aller. Je suis torréfacteur mais je n’ai plus le salon de thé, ma carte n’est pas à jour, désolé ! Carole est dans le marketing, elle travaille en Espagne. Je gère la maison et le courrier en son absence. Habituellement, je ne suis pas fan d’écriture. Comme quoi, tout le monde peut changer !
Je ne sais pas non plus combien de temps le ballon a mis pour arriver à Déols. Si vous l’avez trouvé trois mois après nos fiançailles, je pense qu’il était au pied de votre piquet depuis un moment. À moins qu’il ait fait une halte en Haute-Vienne !
L’idée des ballons est de Carole. Au début, je trouvais l’idée sans intérêt même ridicule et dès qu’ils se sont envolés je me suis demandé ce qu’ils traversent, vivent dans les airs et où ils atterrissent. C’est extraordinaire de lier des personnes par le hasard, seul le vent aux commandes. Qu’en pensez-vous ?
À bientôt
Paul

Cognac, 14 décembre 2018

Bonjour Camille,
Votre animosité se ressent jusqu’ici ! Pourquoi n’êtes-vous pas très cérémonie ?
Ce n’est pas plus risqué d’inviter des inconnus que des proches hypocrites ! Et puis, j’en sais plus sur vous que certains invités cachés dans la famille depuis des années.
Je comprends votre refus de venir au mariage ainsi que les trajets limités liés à votre âge.
Merci encore d’avoir renvoyer l’étiquette et d’avoir joué le jeu de cette rencontre par les airs. N’hésitez pas à m’envoyer des nouvelles de l’Indre si vous le souhaitez.
Nous partons en Isère en février, dans la famille de Carole. Nous aurions pu faire un petit détour et vous rendre visite ?
Au plaisir,
Paul

Cognac, 18 février 2019

Bonjour Camille,
Je n’ai plus de nouvelle de vous. Je suis inquiet. J’ai essayé de vous joindre par téléphone mais sans succès. J’ai donc décidé de vous remettre une lettre en main propre lors de notre trajet vers l’Isère. Quelle aventure pour vous trouver, même le GPS tournait en rond. Heureusement, j’ai rencontré votre facteur, il m’a aussitôt désigné votre demeure. Vous étiez à l’extérieur. Quelle ne fut pas ma stupeur de vous voir à travers les fleurs.
Je me suis retiré, isolé dans ma voiture, à me demander si je devais ou non débarquer chez vous. Est-ce que vous auriez apprécié ? Est-ce que vous m’auriez claqué la porte au nez ? Finalement je suis reparti, avec ma lettre. Je n’ai pas osé dire à Carole que je vous avais aperçu. La surprise a bloqué mes pensées.
Pourquoi ne m’avez-vous rien dit ?
Paul

Cognac, 1er Mars 2019

Bonjour Camille,
La colère amène au tutoiement, pas de soucis.
C’est un peu facile de m’accuser de déductions toutes faites sur ton âge. Tu as une fâcheuse tendance aux réponses partielles et ambigües. Reconnais quand même que tes paroles emmènent sur la piste d’un âge avancé : « Je ne travaille plus » et « Je ne fais plus de longs trajets ».
Je ne pensais pas qu’une rencontre ficelée par un ballon amènerait à ce genre de situation.
Paul

Cognac, 15 avril 2019

« Un petit bohème en cravate » ! Tu y vas fort quand même Camille.
Je ne te demande pas de voir la vie en rose avec un ballon suspendu à un bolduc, juste recevoir une attention simple et sincère. Je regrette ce qui t’est arrivé. C’est terrible un tel accident de voiture et je comprends ton isolement.
Si ton ex-mari t’a quitté pour une midinette sans roulette comme tu dis c’est qu’il ne te mérite pas.
Je suis désolé de t’avoir saoulé avec toutes mes questions. Je n’ose plus t’en poser. Visiblement, je n’ai pas les bons mots et je ne sais plus quoi dire.
Sache que notre invitation au mariage tient toujours et nous serions heureux de te compter parmi nous.
Prends soin de toi Camille
Paul

Cognac, 20 Août 2019

Salut Camille,
Une petite photo du mariage. Vous êtes mignons tous les deux avec Benoit, il ne parle plus que de toi ! Mon cousin a aimé ton humour mystérieux, piquant, édulcoré et il aimerait te revoir. Tu as remarqué les chiffres derrière la photo et c’est à toi qu’appartient le choix de l’appeler.
Je sais déjà ce que tu penses, je t’entends de là : tu es traumatisée des hommes, tes membres et ton cœur souffrent, tu te demandes encore combien de temps à vivre…Je sais tout cela et je sais aussi que tu as 35 ans. Ton visage caché derrière tes cheveux blonds ondulés a mille fois des raisons de vivre. Alors lance-toi, Courage !
On se voit bientôt, Carole t’embrasse
Paul

PS Tu remarqueras que je n’ai pas posé de question dans ma lettre. Je progresse, non ?

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top